Gekkou

Il est devenu de plus en plus difficile de croire à ce qu’on nous montre, aux images des différents médiasque nous côtoyons tous les jours.
Et pour cause, la retouche photographique à l’ère du numérique devient de plus en plus aisée, et, même si notre œil est un outil malléable qu’il est possible d’éduquer, même au sein des professionnels dans le domaine de la photographie, il est parfois difficile de distinguer le vrai du faux.

Rappelez-vous en 2011, la photo d’Oussama Ben Laden le montrant sous un angle pas très vivant : la supercherie avait été découverte par un logiciel au doux nom de Tungstène.

Tungstène

C’est en 2009 à la demande du ministère de la Défense français que ce programme anti-retouche voit le jour. Fruit du travail de Roger Cozien, ancien gendarme et docteur en mathématiques, il conçoit cette arme anti-retouche quasi-infaillible avec l’aide de ses associés. Sur des photographies numériques Tungstène démasque les moindres petites manipulations : faux missiles iranien, attentat mis en scène en Afghanistan, présence trop nombreuse aux obsèques en Corée du Nord… Bref, la seule faiblesse de ce logiciel est sur les photographies argentiques, où il ne peut rien 😉

Cet outil passe en revue un maximum d’informations sur l’origine de la photo (marque de l’appareil, EXIF si possible, etc.) et s’occupe ensuite d’une détection plus poussée sur l’image en elle-même afin de détecter mathématiquement des pixels répétés, des pixels copiés d’une autre photo, etc.

Ne croyez donc pas toujours ce que vous voyez.

Une photo avec beaucoup (beaucoup) de monde…

 

Sources

               

À propos de l'auteur Voir tous les articles Site web de l'auteur

Raikou

Passionné de nouvelles technologies et de l'actualité (surtout celle dont on ne parle pas), j'ai une vision bien personnelle du monde qui m'entoure qui pourrait parfois vous choquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués d'un *

Commentaires Facebook